Partenariat National de l'Eau - PNE - Burkina Faso LES TROPHÉES DE L’EAU LE 02 DÉCEMBRE 2016
 
PROJETS ET PROGRAMMES
 
 

 

 

PROJETS ET PROGRAMMES

Projets

  1. PROJET MEKROU

Le projet « l’eau au service de la croissance et de la lutte contre la pauvreté dans le bassin transfrontalier de la Mékrou » communément appelé « Projet Mékrou » est un projet pilote ; préparé conjointement par le GWP et le CCR de l’Union Européenne, en collaboration étroite avec les principaux partenaires de la région de l’Afrique de l’Ouest. Le projet vise à soutenir une croissance économique verte et la réduction de la pauvreté au Burkina Faso, au Bénin et au Niger, à travers la gestion de l’Eau dans des zones en développement.
Le projet pilote pour le Bassin transfrontalier de la rivière Mékrou vise à développer des outils et des méthodes de planification dans le contexte de la gestion intégrée des ressources en Eau afin de permettre aux décideurs politiques et aux responsables de la gestion de l’eu de faire face aux défis complexes auxquels le bassin est confronté.
Le projet ambitionne de développer des outils et des approches de planification pour l’aide à la décision et veut contribuer à la croissance verte et à la lutte contre la pauvreté dans les trois pays.
Le projet Mekrou a pour objectif de :
 Mettre en place un cadre de coopération sur l’eau dans le bassin transfrontalier de la MEKROU pour la croissance et la planification à long terme
 Elaborer une stratégie GIRE pour la croissance verte et la promotion des investissements dans le secteur de l’eau dans le bassin de la rivière MEKROU.
Le projet Mekrou comporte huit (8) composantes :

Composante 1.1 : Établissement du cadre de coopération (mis en œuvre par le GWP)
Résultat :
Un partenariat institutionnel, développé au niveau national dans les trois pays et au niveau transfrontalier ; besoins en capacités et en gestion des connaissances pour accompagner la planification et la gestion transfrontalières des ressources en eau du bassin de la Mékrou, identifiés.
Livrables attendus
-  Accord sur et établissement du cadre et du mécanisme de coordination pour le dialogue politique et pour le processus de planification du bassin de la Mékrou, traitant : de la forte variabilité hydro climatique et du changement climatique, de la conciliation de l’offre et de la demande de manière compatible avec la protection de l’environnement, des outils de gestion de l’eau pour la planification commune, de la vue d’ensemble permanente des ressources en eau, du système d’alerte rapide. Communication effective à travers des rencontres d’échange pour le dialogue politique, la coordination et la planification, et des réunions d’échange pour le dialogue avec les usagers de l’eau (dialogues transversaux, ainsi qu’entre amont et aval).
-  Capacités d’appropriation, de planification et de gestion des connaissances développées, pour soutenir la planification à long terme et la gestion transfrontalière des ressources en eau.

Composante 2.1 : Inventaire de l’existant (mené par le JRC et le GWP)
Résultat :
Un Inventaire et examen de toutes les politiques ministérielles et stratégies pour le développement et la GIRE, développées dans les trois pays
Livrables attendus
-  Rapport de référence réalisé en commun avec le JRC au niveau national dans les trois pays et au niveau du bassin de la Mékrou
Composante 2.2 : Identification des priorités de développement (réalisée par le GWP et le JRC)
Résultat :
Développement de fonctions de gestion des capacités et des connaissances permettant de gérer les ressources en eau transfrontalières et d’accompagner la planification à long terme
Livrables attendus
­ Liste des besoins pour le développement et des priorités de croissance établies au niveau national et du bassin de la Mékrou.
­ Fonctions, rôle et responsabilités identifiés pour le système d’information transfrontalier.

Composante 2.3 : Développement des systèmes d’information du bassin (réalisé par le JRC)
Résultats
Développement d’un système d’information transfrontalier en tant qu’outil de gestion de l’eau : un système d’information collaboratif et interactif, facilement accessible, abordable et équitable pour une bonne gouvernance.
Livrables attendus
 Système d’information au niveau transfrontalier en place (opérationnel).
 Directives opérationnelles développées.
 Programmes de surveillance du bassin développés en ce qui concerne les ressources en eau (quantité et qualité) et les usagers de l’eau.

Composante 2.4 : Développement du système d’alerte rapide (réalisé par le JRC)
Résultat :
Un système d’alerte rapide transfrontalier en cas de sécheresse/d’inondations pour permettre la réduction des risques de catastrophe (avec implication de tous les pays)
Livrables attendus
 Mise en route opérationnelle du système d’information d’alerte rapide au niveau transfrontalier.
 Directives opérationnelles du système d’alerte rapide développées.

Composante 2.5 : Compréhension de l’équilibre hydrique (réalisé par le JRC)

Résultat :
permettre la planification des ressources en eau et l’amélioration de leur affectation aux différents usages.
Livrables attendus
 Permettre la planification précise des ressources en eau et l’amélioration de leur affectation.
 Des équilibres hydriques seront développés au niveau du district et au niveau de la captation, en s’appuyant sur les modèles hydrologiques, la surveillance améliorée des précipitations, la meilleure compréhension de l’agrométéorologie et les tests de qualité de l’eau.
 Les jeux de données sur l’eau au niveau national seront identifiés pour permettre la surveillance de l’équilibre hydrique, de l’abstraction de modèles et de la demande future.
 Des évaluations des ressources en eau seront entreprises en fonction d’une palette de scénarios de changement climatique.

Composante 2.6 : Cadre stratégique pour la sécurité en eau (réalisé par le GWP)

Résultat
Intégration dans ce cadre stratégique, au niveau du bassin, des questions liées au changement climatique afin d’atténuer la variabilité hydrologique et les événements météorologiques extrêmes
Livrables attendus
-  Cadre stratégique pour assurer la sécurité en eau défini (y compris la « plateforme minimale des infrastructures et organismes de gestion de l’eau »).
-  Cadre en place et approuvé par les partenaires du projet et leurs homologues.

Composante 2.7 : Développement des mesures et des plans d’investissement (réalisé par le GWP

Résultat
Mesures et actions mises en place pour atteindre les objectifs de développement
Livrables attendus
-  Liste des investissements proposés, sur base de la plateforme minimale pour assurer la sécurité en eau.
-  Mesures d’accompagnement identifiées et intégrées dans le plan de développement.

Ce projet, à caractère régional de 4 ans financé par la commission de l’union Européenne se veut être un véritable outil de synergie d’actions pour la gestion du bassin, couvre trois pays dont le Benin, le Burkina et le Niger. La superficie du bassin de la rivière Mékrou est estimée à environ 57 000km² repartie comme suit : 10 500km² au Benin ; 17 223km² au Burkina et 29 277km² au Niger.c’est un projet d’un cout total de trois milliard deux cent soixante-dix-neuf mille sept cent quatre-vingt-cinq mille francs (3.279.785.000f).

- 2. PROJET PROGIS/AO

Le Projet de Gestion Intégrée de la Sécheresse en Afrique de l’Ouest (PROGIS/AO) est un Projet conjoint GWP & OMM. Il a été mis en place en mars 2013 lors de la Réunion de haut niveau sur les politiques nationales sur la sécheresse qui s’est tenue à Genève.
La Sécheresse et désertification est un des sérieux défis qui ralentissent le développement en Afrique. Elle a des impacts sur la santé, la sécurité alimentaire, les activités économiques, les ressources naturelles et environnementales, etc. Les 2/3 de l’Afrique sont classés en zone désertique ou sèche avec une forte concentration dans la zone sahélienne, la corne de l’Afrique et le sud du Kalahari. L’Afrique de l’Ouest est zone la plus concernée par les effets néfastes de la sécheresse
La sécheresse a une dimension sociale et naturelle. Les mitigations de la sécheresse ont pour conséquences des questions complexes. Il y a nécessité d’avoir une approche intégrée régionale pour atteindre des résultats durables. Pour lutter contre ces effets néfastes, plusieurs institutions régionales travaillent depuis les années 60 sur les conséquences des longues périodes de sécheresse mais on note toujours des insuffisances telles : l’Insuffisance dans la coordination des actions , l’absence de politiques axées exclusivement sur la sécheresse, pas assez de systèmes d’alerte précoce (focus sur les réponses aux catastrophes au vu des intérêts des décideurs et des bailleurs, la complexité des prises de décision,) etc.
Le Projet de Gestion Intégrée de la Sécheresse en Afrique de l’Ouest va focaliser ses actions sur :
• L’appui à une meilleure coordination des interventions sur le terrain à travers la mise en œuvre / renforcement d’une plateforme régionale ;
• La capitalisation des expériences existantes sur la sécheresse ;
• Le développement des capacités et des connaissances ;
• Le renforcement des partenariats ;
Trois (3) pays abritent le projet PROGIS : Burkina Faso, Mali et Niger. Ces pays sont choisis sur la base de :
• La situation de la sécheresse : zone sahélienne
• La capacité du PNE : Disponibilité des ressources humaines
• Des initiatives en cours ;
• De l’intérêt des partenaires techniques ;
• Partage d’expériences et renforcement des compétences concernées par toute la zone ouest africaine.
Le PROGIS/AO a pour objectif global d’aider les parties prenantes à tous les niveaux en leur fournissant des orientations pratiques et stratégiques et en diffusant des informations/connaissances scientifiques ainsi que les meilleures pratiques en matière de gestion intégrée des sécheresses.
Objectifs spécifiques
• Catalyser le changement : amélioration de la gestion de la sécheresse en mettant les principes de la GIRE en pratique.
• Générer et communiquer les connaissances : concentration sur le développement des capacités, le partage des connaissances et la promotion d’une culture de communication dynamique, afin de favoriser une meilleure gestion de la sécheresse
• Renforcer les partenariats : focalisation sur le renforcement de la résilience et l’efficacité du réseau grâce à des partenariats plus solides et la bonne gouvernance.
Le PROGIS /AO vis à atteindre les résultats suivant à travers les composantes et indicateurs suivants :
Résultats attendus et indicateurs de progrès
• revue des plans nationaux et régionaux existants et leur pertinence sur la gestion de la sécheresse vis-à-vis des changements démographiques, économiques et de l’environnement climatique
Composante 1 : Politiques et stratégies nationales et régionales
• capitaliser les expériences existantes sur la sécheresse au niveau communautaire et soutenir les activités innovatrices des acteurs locaux clés ;
Composante 2 : Pratiques et approches novatrices durables
Résultats attendus et indicateurs de progrès
• Plan de développement et des activités de renforcement des capacités pour l’amélioration de la sécheresse dans la région
Composante 3 : Développement des capacités et des connaissances
• Renforcer le partenariat et la collaboration
Composante 4 : Partenariat et durabilité
Résultats attendus et indicateurs de progrès
Les effets négatifs de la sécheresse sont mieux gérés ; Une amélioration de la gestion de la sécheresse à travers les plans revus est faite ; Les capacités des acteurs sont renforcées sur la gestion des sécheresses. De nouvelles sources de financement sont levées ;
Résultats attendus et indicateurs de progrès
De nouvelles solutions innovantes sur la gestion de la sécheresse sont trouvées. Les résultats du projet sont partagés dans la région. Les principaux acteurs sont sensibilisés sur les effets néfastes de la sécheresse.

Un total de 704 903 euros permettra la mise en œuvre des activités planifiées par le projet pour les trois (3) pays et au niveau régional.

- 3. PROJET DE GESTION INTÉGRÉE DES INONDATIONS